3 icebreakers pour dynamiser vos réunions

Généralement, les projets de groupe renferment une complexité indescriptible de façon épurée, si ce n’est à travers un dessin.
Lorsque ce projet prend une autre tournure, il est essentiel que chaque membre de l’équipe se synchronise pour avancer dans le bon et même sens.
Ce type de tournant crucial inspire certaines entités à explorer la technique dite de « l’arbre à personnages » qui peut s’avérer très utile !
En s’identifiant à un personnage sur l’arbre, cette méthode permettra à chaque protagoniste de définir sa position actuelle et le but qu’il vise.
Dès lors, chacun acquerra une vision à 360 degrés concernant leur place présente et future dans le projet.

Zoom sur l’arbre à personnages

Il peut arrivé que certain membre d’une équipe se sentent exclus ; un ressenti dont il n’est pas toujours facile de parler publiquement.
La réalisation d’un arbre à personnages pourrait être l’occasion de « crever l’abcès » en faisant entendre la voie de tous sur leur posture et leur résolution dans un projet de changement.
De prime abord, un dessin sera mis en forme. Sur celui-ci, les participants devront trouver le personnage qui leur correspond le plus.

Cette arbre vise deux objectifs :

1) Amener chaque individu à exprimer son ressenti face au projet. Le but de cet exercice est de briser la glace pour qu’ils puissent au final se positionner clairement dans l’équipe.

2) Permettre à l’initiateur et chef de projet d’ériger un bilan concret concernant d’éventuelles tensions existantes ou naissantes afin de les traiter efficacement.

La méthode photolangage

Inventé par Monsieur Alain Batiste, le photolangage constitue un ensemble de divers dessins ou photos servant « d’objet intermédiaire ». Ces objets tendent à faciliter la prise de parole des stagiaires sur un sujet donné.
Le photolangage peut être général ou spécialisé.

Concernant les objets intermédiaires il peut s’agir d’une pose, d’un dessin, d’un objet ou tout autre corps représentatifs.

Ils ont également pour but d’exposer à l’enseignant la réalité suivante : la discipline qu’il enseigne à ses élèves est elle aussi un « objet intermédiaire » et cet objet sert en quelque sorte de ligne communicative.

Comment se procurer un objet intermédiaire ?

Inutile de se rendre en magasin et chercher des « objets intermédiaires ». Rien ne vous empêche de le faire vous-même en collectionnant des photos prises sur différents magazines puis en les mettant sous des pochettes plastiques par exemple. Ou encore en faisant de même à l’aide d’un logiciel de montage sur PC ou tablette.

Pour que l’exercice fonctionne sans ambages, il sera primordial de prévoir un nombre suffisant de photos (4 minimum), car elles représenteront l’expression du stagiaire.

Le bâton d’hélium

Les deux objectifs principaux de ce jeu sont les suivants : s’énergiser et se coordonner.
Les participants devront coopérer pour amener au sol un bâton léger.
La première qualité recherchée à travers ce jeu est donc l’esprit de groupe.
Il permet d’acquérir une expérience qui alimentera la solidarité physique, mais aussi mentale.

Les Règles

– Enjoindre les participants à se placer sur une ligne en face à face ;

– Enjoindre les participants à pointer leur index en le tenant horizontalement ;

– Placer une barre d’hélium sur leurs doigts ;

– Enjoindre les participants à ajuster la hauteur de leurs doigts afin qu’ils puissent toucher la barre d’en dessous et qu’elle soit parfaitement horizontale ;

– Expliquez aux participants l’objectif : amener la barre au sol en gardant les doigts en contact avec la barre d’hélium. Chaque fois que les doigts perdent le contact ou que la barre tombe, on recommence ;

– Enjoindre aux participants de lâcher la barre.

Pour vous aider à dynamiser vos réunions, Grain’s Créateurs de Connaissances, a élaboré des d’objets destinés à l’animation et à la facilitation de groupes de travail. Pour les découvrir, rendez-vous sur le site de l’agence : https://www.createurdeconnaissances.com/boutique-dobjets/